Rechercher dans ce blog

samedi 5 octobre 2013

Causes émotionnelles possibles de la boulimie et de l'anorexie



"Tout ce qui ne s'exprime pas s'imprime !" Toutes les émotions que vous refoulez à l'intérieur de vous-même parce que vous ne pouvez pas ou ne voulez pas les verbaliser, peuvent se cristalliser dans différentes parties de votre corps.

ANOREXIE / BOULIMIE : CAUSES EMOTIONNELLES COURANTES

L'anorexie : mis à part l'envie de ressembler aux mannequins ou d'être dans la tendance de la mode, l'anorexie, phénoméne bien trop courant aujourd'hui, et presque essentiellement féminin, peut être lié au rejet de la mère, de la partie féminine en la jeune fille, un dégoût de la vie, de la nourriture, (qui se rapporte à la mère-nourricière).

L'anorexique tente de "ne plus exister", s'effacer, s'abstraire, ne plus "être".

Elle rejette ses formes, sa féminité, tout ce qui lui fait ressembler à sa mère, à une femme.

L'anorexique vit dans son monde à elle, dans l'imaginaire et a parfois des envies suicidaires.

L'anorexie peut également survenir à la suite d'attouchements ou d'abus, comme un appel au secours...."je veux être maigre, ne plus être femme, ne plus faire envie, ne plus être visible."

L'anorexie est difficile à soigner et demande parfois une hospitalisation loin du milieu familial et un suivi psychologique.

La boulimie : est un problème d'origine affective... Ca peut être la peur d'être abandonné, la sensation de ne pas être assez aimée ou reconnue, ce qui pousse à ingurgiter une grande quantite de nourriture pour compenser ce vide intérieur.

La boulimie est une forme de "punition", on pourrait même dire "d'autodestruction".

Manger compulsivement pour se faire mal...

En général, les personnes boulimiques se font vomir ensuite, de peur de grossir et culpabilisent beaucoup de trop manger, de faire du mal à leur corps.

C'est un cercle vicieux.

J'ai vu aussi des cas, comme en anorexie, ou la boulimie faisait suite à des attouchements ou des abus.

En devenant "énorme", la victime pense inconsciemment se protèger de tout désir masculin actuel ou futur.

Comme la nourriture est symboliquement liée à la mère, les boulimiques ont peut-être un problème avec leur mère.

Soit qu'elles rejettent l'image de la femme, en leur mère, par exemple lorsque celle-ci refait sa vie après un divorce, ou qu'elle a un amant, et que la fille le sait, et ne peut rien dire...

Soit qu'elles se rendent compte qu'elles ont encore trop besoin de leur mère, mais qu'elles se retiennent de trop l'aimer, de peur de ne pas pouvoir s'en passer.

Soit aussi parce que leur mère est trop présente dans leur vie, contrôle trop.

Ou encore quand une femme pense que sa mère ne l'a pas désirée, à tort ou à raison.

Autre possibilité, culpabiliser d'avoir fait souffrir sa mère (accouchement difficile ou maladie de celle-ci), attentes déçues, à tort ou à raison, peut engendrer des crises de boulimie, et ceci à tout âge!

Ecrit par Josette Sauthier, reproduction interdite :
Cet article est une interprétation personnelle d'après mes expériences professionelles dans mon cabinet de thérapies, ça n'engage que moi et ce n'est pas à prendre comme une vérité absolue.
Josette Sauthier


D'autres maladies expliquées ici : Causes émotionnelles des maladies, sur ce blog.

Nirvana Santé
http://nirvana-sante.blogspot.com

1 commentaire:

  1. J'ai une autre théorie à propos de la boulimie.
    Je l'ai moi-même été, il y a quelques années, j'alternais en fait, boulimie et anorexie, mais tout de même plus souvent la boulimie.
    Puis une pseudo trêve pendant 2 ans.
    Il y a peu, j'ai eu de nouveau des crises de boulimie, un besoin compulsif de me remplir de nourriture, mais ou je m'interdisais de vomir.
    A ce moment-là, on m'a mis dans les mains un livre, qui s'apelle "chemins de vie", qui traite de la numerologie, vraiment très interessant, je te le conseil vivement!
    Bon dans ce bouquin, je découvre que les chiffres qui régissent ma vie, ont entre autre particuliarité, la difficulté d'exprimer mes émotions, j'ai toujours eu du mal à en parler quand je ne vais pas bien, de mes angoisses, de mes peurs...
    Dans le bouquin, ça disait (en gros) que si je n'exprimais mes émotions mais que je me cachais sous des masques (mon éternel sourire par exemple mon émotion refoulée trouverait un autre moyen pour s'évacuer, drogue, alcool, sexe...ou nourriture.
    Depuis que je sais cela, autant que possible je partage mes inquiétudes, aux personnes concernées, ou à mes proches en général.
    Et...
    Plus de crises!
    Alors je ne dis pas que c'est forcément cela....mais je pense que c'est une bonne piste aussi!
    Voilou, un com un peu long mais j'avais envie de partager mes dernières trouvailles!
    Bonne soirée m'dame Josette! Bisous

    RépondreSupprimer