Rechercher dans ce blog

Affichage des articles dont le libellé est Causes émotionnelles des maladies. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Causes émotionnelles des maladies. Afficher tous les articles

Huiles essentielles émotions


Travail sur soi : "JE M'AIME ET JE M'ACCEPTE" avec l'aide des Huiles Essentielles Emotionnelles DOTERRA
Vous connaissez bien ces voix négatives et destructrices sur vous-mêmes qui squattent votre mental, souvenir de critiques négatives de votre passé ?
Ce sont les ennemies de notre sérénité et de notre santé physique !

SOLUTION : un travail sur soi, une prise de conscience !
D'abord accueillir ces pensées car plus on les refoule, plus elles vont essayer de prendre de la place. A chaque fois que des pensées négatives surviennent d’abord on l’entend/ on l’écoute : « t’es nulle », « t’y arriveras jamais », « c'est trop bien pour toi », «inutile d'essayer ça ne marchera pas » etc..

Puis on dit STOP, et on remplace par son contraire.
Quand vous entendez la petite voix, transformez-là en une phrase positive :

- Jusqu’à maintenant, je me sentais ….
Mais à partir de maintenant, je choisis de …

Chaque jour, se répéter quelques phrases positives, genre méthode Coué : en méditant, mais aussi, dans votre douche, en vous brossant les dents, en préparant le dîner !
Peu importe MAIS tous les jours !!! Quelques idées d’affirmations positives :
Je me sens aussi valable que les autres.
Je fais de mon mieux et je m'en contente
Je me sens à la hauteur
J'ai conscience de ma valeur
Je m’aime comme je suis et je suis fière de ce que je suis

On aide notre transformation avec le soutien des huiles émotionnelles pour accompagner ce changement de pensées positif ! L’odorat est un de nos sens précieux pour ancrer de nouvelles habitudes dans notre cerveau !
Lesquelles ?
Le coffret de l'assortiment EMOTIONS de DOTERRA ou aussi :

La BERGAMOTE – l’huile essentielle DOTERRA de l’acceptation (de soi).
Pour accompagner, nettoyer les sentiments de désespoir, auto-jugement, faible estime de soi.

Le COPAIBA : pour s’accepter dans tout son rayonnement, sa magnificence (le pardon à soi-même)

La WILD ORANGE – l’huile essentielle de l’abondance.
Pour accompagner et nettoyer les états d’esprit de peur, nervosité, manque de flexibilité et la sensation de manque.

Le G E R A N I U M – l’huile essentielle DOTERRA de l’amour et de la confiance
Adoucit les colères et accompagne la guérison de blessures émotionnelles.

Le Néroli : l’huile du partenariat (avec les autres, mais aussi à soi-même)

Le S I B E R I A N F I R – l’huile essentielle DOTERRA de la mise en perspective
Aide à mettre son focus sur trouver le sens et le but de chaque moment.

Ces huiles sont à diffuser, ensemble ou séparément, ou à diluer dans de l’huile de coco fractionnée pour déposer en topique sous vos pieds, sur vos poignets, dans votre nuque, au niveau de votre cœur … Elles seront votre câlin quotidien pour vous accompagner sur le chemin de la positivité et du self-love.

Ma boutique en ligne Doterra : adhérez comme client premium pour avoir 25% de rabais ! Cliquez sur : Adhérez pour économiser et bénéficiez du prix de gros et des avantages Client-Premium. Pour trouver toutes les Huiles, il faut cliquer sur Passer ma commande et vous voyez tous les prix dans la monnaie de votre pays.

Rejoignez mon groupe Facebo
ok HUILES ESSENTIELLES CORPS ET AME 

Les émotions et les douleurs


12 Signes de votre corps que vous ne pouvez pas ignorer :

La Tête :Vous avez mal à la tête car vous essayez constamment de surmonter des obstacles. Prises de têtes sont votre lot quotidien ! 

Les maux de tête sont le résultat d’une surcharge d’événements. Cela peut venir du fait que vous vous inquiétez pour votre avenir et pour savoir si vos efforts vont être récompensés, ou pour des détails, mais aussi parce que vous êtes tout le temps pressé.

Apprenez à vous reposer sans culpabiliser.

Prenez chaque jour un peu de temps pour vous. Détendez-vous et ne vous inquiétez pas pour vos affaires pendant un moment. Reposez-vous et n’éprouvez pas de remords pour cela. Ces « minutes de sérénité » augmentent votre efficacité et aèrent votre esprit. Et vous n’aurez plus mal à la tête.
Le Cou : quand vous avez mal au cou cela veut dire que vous éprouvez des rancunes qui ne vous laissent pas tranquille.

Les sensations désagréables dans la zone du cou symbolisent une charge de rancunes que nous ressentons envers d’autres personnes, ou notre mécontentement envers nos propres imperfections. Le cou fait mal quand nous ne pouvons pas pardonner à quelqu’un ou à nous-mêmes.

Évaluez votre attitude envers vous-même et envers les autres. Souvent les gens ne veulent pas vous offenser. Et vous n’êtes pas obligé de remplir des attentes strictes. Essayez d’êtres plus simple vis-à-vis du monde et apprenez à pardonner. Il faut également penser plus souvent aux choses que vous aimez.
Les épaules

    Les épaules vous font mal à cause de la pression et de l’obligation de devoir prendre des décisions tous les jours.

Quand vous avez  mal aux épaules, cela peut vouloir signifier vous êtes saturé d’une charge émotionnelle ou que vous êtes constamment sous pression. Peut-être que quelqu’un de votre entourage vous harcèle, ou bien vous devez prendre une décision importante, et ceci représente un poids énorme pour vous.

    Solution : Partagez vos problèmes avec un ami, ils deviendront moins lourds

Essayez de partager vos problèmes avec un ami proche. Vous vous sentirez soulagé. Même si vous racontez tout simplement ce qui vous arrive, il vous aidera à ne plus supporter ce poids tout seul. Ou peut-être qu’il trouvera une solution simple à votre problème.
La partie supérieure du dos

Si vous avez mal dans la partie supérieure du dos, c’est sans doute que vous manquez d’estime de vous et que vous avez peur d’aimer.

Les douleurs dans cette zone indiquent un manque de soutien émotionnel, l’absence d’amis proches à vos côtés. Quand nous sentons, de manière inconsciente, que personne ne nous aime ni ne nous valorise.

    Solution : Ouvrez-vous aux sentiments, ouvrez-vous au monde ! Et faites du sport

Interagissez avec différentes personnes. Ne vous concentrez pas sur vous uniquement, soyez ouvert et amical. Rencontrez de nouvelles personnes, prenez des rendez-vous. Et, surtout, aimez-vous, vous-même !
La partie inférieure du dos

    La parie inférieure du dos peut fait mal à cause de votre obsession pour l’argent et la peur de perdre.

Si vous vous faites tout le temps du souci pour l’argent, vous pouvez avoir mal dans la partie basse du dos. Peut-être que votre propre rêve d’avoir une vie plus luxueuse ne vous laisse pas tranquille, ou que vos proches font que vous avez à vous soucier des choses matérielles.

    Solution : Faites ce que vous aimez et l’argent arrivera !

L’argent ne fait pas le bonheur, mais en vérité, il peut y aider. Pourtant, vous devez cesser de vous faire du souci, les meilleures choses dans la vie sont gratuites ! Faites ce que vous aimez. Le travail que vous faites avec passion vous apportera beaucoup de plaisir et des gains tangibles dans l’avenir.
Les coudes

    Les coudes peuvent faire mal lorsqu’on est têtu comme une mule !

La douleur des coudes indique un manque de flexibilité et un refus face aux engagements. Vous êtes sans doute en opposition permanente face aux changements de votre vie. Peut-être que vous craignez d’accepter de nouvelles choses, de manière consciente ou inconsciente.

    Solution : Assumez une attitude plus simple à l’égard de la vie !

Parfois, la vie peut paraitre difficile et dure. Mais il n’en est pas ainsi. Peut-être que vous compliquez tout, tout simplement. Soyez plus flexible, ne dépensez pas votre énergie à vous battre contre des choses que vous ne pouvez pas changer.
Les mains

    Vous pouvez avoir mal aux mains par ce que vous n’interagissez pas avec vos amis.

Les personnes qui ont besoin d’avoir un ami ont souvent mal aux mains. Celles qui ne se détendent pas en parlant avec les autres. Si vous avez mal aux mains, cela veut dire que tu devez sortir de votre univers un peu trop limité.

    Solution : Soyez ouvert ! N’importe qui peut devenir votre ami !

Essayez de vous faire de nouveaux amis. Dînez avec un collègue du bureau. Allez au stade, à un concert, mêlez-vous aux autres. Entreprenez de nouvelles conversations avec de nouvelles personnes plus facilement, car vous ne savez  jamais où vous trouverez une véritable amitié.
Les hanches

    Vous pouvez avoir mal aux hanches à cause de votre peur du changement

Ce type de douleurs peuvent tourmenter les gens qui veulent à tout prix mener une vie prévisible avec tout le confort. La peur pathologique du changement, le manque de disponibilité pour changer votre mode de vie, et la résistance constante aux nouvelles choses peuvent provoquer des douleurs aux hanches.

    Solution: Suivez le cours naturel de la vie 

Ne résistez pas à l’évolution naturelle de la vie. La vie change, et est en perpétuel mouvement c’est justement pour cela qu’elle est intéressante. Pensez aux changements comme à des aventures intéressantes. Ne reportez pas à plus tard les décisions importantes.
Les genoux

Quand vous avez un égo trop fort, cela peut vous faire mal aux genoux

La douleur que vous éprouvez aux genoux veut probablement dire que vous avez un égo énorme. Les genoux font mal quand nous pensons trop à nous-mêmes, et trop peu aux autres, quand nous sommes sûrs que le monde tourne autour de nous.

Solution: Faites preuve de bienveillance, soyez plus gentil

Regardez autour de vous : vous n’êtes pas la seule personne dans ce monde. Soyez plus attentif aux autres. Écoutez vos proches, vos  amis, aidez votre maman, soutenez vos collègues. Aidez davantage les autres. Faites du bénévolat, par exemple.
Les tibias

Quand vous êtes jaloux,  cela peut provoquer des douleurs aux tibias

La douleur dans cette zone est signe de surcharge émotionnelle. La jalousie irrationnelle et les soucis d’amour vous font souffrir ainsi.

Solution: Faites confiance à vos proches

Il faut que vous fassiez confiance à votre partenaire. Détendez-vous et cessez de contrôler la personne que vous aimez, n’inventez pas des choses qui n’existent pas. Et il est peut-être temps de renoncer aux relations du passé, ce n’est plus la peine d’y penser.
Les chevilles

Lorsque vous avez mal aux chevilles cela peut provenir de vos désirs réprimés

La douleur aux chevilles signifie que nous nous oublions souvent nous-mêmes. Et nous ne nous permettons pas d’éprouver du plaisir. Il se peut que le travail occupe tout notre temps, ou que nous ne prenions pas nos désirs au sérieux, les reportant ainsi à plus tard.

Solution : Ralentissez le pas et faites en sorte que vos rêves deviennent réalité.

Le moment est arrivé de commencer à prendre soin de vous. Achètez-vous ce que vous voulez, dormez autant que vous voulez, achetez cette petite douceur tellement bonne. Oubliez pour un instant votre carrière, et pensez, par exemple, à votre relation amoureuse. Vous pourriez planifier le voyage de vos rêves, après tout, pourquoi pas ?
Les pieds

Si vous avez mal aux pieds cela peut vouloir dire que vous êtes désespéré et apathique

L’explication de cette douleur est peut-être une apathie profonde. Comme si notre corps refusait de continuer. Nous avons peur de vivre, et continuer n’a aucun sens pour nous. Quand nous pensons de manière inconsciente que tout va mal, et que notre vie est un échec total, nous avons mal aux pieds.

Solution contre la dépression:  Remplissez votre vie d’amour et de bonheur

Apprenez à faire attention aux petits bonheurs de la vie : la beauté du monde extérieur, les gens qui vous entourent. Profitez des goûts, des odeurs, du vent et du soleil. Adoptez un animal de compagnie ou cherchez une activité intéressante. Donnez du sens à votre existence. Évitez les souvenirs douloureux et souriez plus souvent. Cherche le bonheur chaque jour.
Nirvana-Santé http://nirvana-sante.blogspot.com

Pourquoi on est boulimique ou anorexique ?



"Tout ce qui ne s'exprime pas s'imprime !" Toutes les émotions que vous refoulez à l'intérieur de vous-même parce que vous ne pouvez pas ou ne voulez pas les verbaliser, peuvent se cristalliser dans différentes parties de votre corps.

ANOREXIE / BOULIMIE : CAUSES EMOTIONNELLES COURANTES

L'anorexie : mis à part l'envie de ressembler aux mannequins ou d'être dans la tendance de la mode, l'anorexie, phénomène bien trop courant aujourd'hui, et presque essentiellement féminin, peut être lié au rejet de la mère, de la partie féminine en la jeune fille, un dégoût de la vie, de la nourriture, (qui se rapporte à la mère-nourricière).

L'anorexique tente de "ne plus exister", s'effacer, s'abstraire, ne plus "être".

Elle rejette ses formes, sa féminité, tout ce qui lui fait ressembler à sa mère, à une femme.

L'anorexique vit dans son monde à elle, dans l'imaginaire et a parfois des envies suicidaires.

L'anorexie peut également survenir à la suite d'attouchements ou d'abus, comme un appel au secours...."je veux être maigre, ne plus être femme, ne plus faire envie, ne plus être visible."

L'anorexie est difficile à soigner et demande parfois une hospitalisation loin du milieu familial et un suivi psychologique.

La boulimie : est un problème d'origine affective... Ca peut être la peur d'être abandonné, la sensation de ne pas être assez aimée ou reconnue, ce qui pousse à ingurgiter une grande quantité de nourriture pour compenser ce vide intérieur. " 📩

La boulimie est une forme de "punition", on pourrait même dire "d'autodestruction".

Manger compulsivement pour se faire mal...

En général, les personnes boulimiques se font vomir ensuite, de peur de grossir et culpabilisent beaucoup de trop manger, de faire du mal à leur corps.

C'est un cercle vicieux.

J'ai vu aussi des cas, comme en anorexie, ou la boulimie faisait suite à des attouchements ou des abus.



En devenant "énorme", la victime pense inconsciemment se protéger de tout désir masculin actuel ou futur.

Comme la nourriture est symboliquement liée à la mère, les boulimiques ont peut-être un problème avec leur mère.

Soit qu'elles rejettent l'image de la femme, en leur mère, par exemple lorsque celle-ci refait sa vie après un divorce, ou qu'elle a un amant, et que la fille le sait, et ne peut rien dire...

Soit qu'elles se rendent compte qu'elles ont encore trop besoin de leur mère, mais qu'elles se retiennent de trop l'aimer, de peur de ne pas pouvoir s'en passer.

Soit aussi parce que leur mère est trop présente dans leur vie, contrôle trop.

Ou encore quand une femme pense que sa mère ne l'a pas désirée, à tort ou à raison.

Autre possibilité, culpabiliser d'avoir fait souffrir sa mère (accouchement difficile ou maladie de celle-ci), attentes déçues, à tort ou à raison, peut engendrer des crises de boulimie, et ceci à tout âge !





Ecrit par Josette Sauthier, reproduction interdite :
Cet article est une interprétation personnelle d'après mes expériences professionnelles dans mon cabinet de thérapies, ça n'engage que moi et ce n'est pas à prendre comme une vérité absolue.
Josette Sauthier


D'autres maladies expliquées ici : Causes émotionnelles des maladies, sur ce blog.

Nirvana Santé
http://nirvana-sante.blogspot.com

Pourquoi j'ai mal au dos ?


 Les maux de dos ont souvent une cause émotionnelle !
Est-ce que ces images vous parlent ?
Le bas du dos est aussi lié au changement,
et à la sécurité matérielle.

Porter toute la misère du monde sur ses épaules,

vous connaissez ?  

Le poids des soucis des autres leur appartiennent. 

On peut les aider, mais pas prendre leurs charges sur soi.

Lâchez le fardeau !

Si l'origine émotionnelle des douleurs vous interpelle, lisez la catégorie


ici sur Nirvana Santé


Nirvana-Santé http://nirvana-sante.blogspot.com

Que veulent dire vos douleurs ?






Les douleurs physiques veulent très souvent dire qu’il y a quelque chose à faire sur le plan émotionnel.

La moindre douleur dans notre corps peut être liée à une émotion particulière et ne se dépose pas sur une partie du corps par hasard.

Une douleur veut vous dire que quelque chose ne va pas dans votre vie. Une fois que vous avez compris et amorcé le changement, la douleur disparaît.

Les expériences de votre vie se manifestent directement dans votre corps et lorsque vous rencontrez un stress émotionnel, votre corps vous montre exactement quel est le problème.

Il n'est pas si difficile que cela de décoder la douleur lorsqu’elle se manifeste. Le MAL A DIT : mais que veut me dire mon mal ? Voici quelques pistes pour comprendre ce que veut vous dire votre douleur :

Les douleurs de la tête :


Les douleurs dans votre tête, comme les maux de tête et les migraines, peuvent être déclenchées par le stress du quotidien, des prises de tête, des résistances à ce qui est.

Assurez-vous tous les jours de prendre assez de temps pour vous détendre. Pratiquez une activité plaisante pour diminuer votre tension. Lâcher-prise et laissez aussi les choses se faire et se défaire d'elles-mêmes, sans pour cela être passif et fataliste.

Les douleurs musculaires :


Particulièrement les douleurs cervicales, nuque, épaules, représentent la flexibilité dont nous faisons preuve dans la vie quotidienne. Etes-vous assez souples dans nos relations au travail, à la maison ou envers nous-mêmes ? Acceptez-vous le changement, acceptez-vous de laisser tomber vos principes ?

Laissez-vous donc porter un peu par la vie, pour que la douleur s’estompe.



Les douleurs du cou:


Vous avez peut-être des difficultés à pardonner aux autres, ou à vous-même. Ou vous avez des difficultés à vous exprimer, donner votre avis, votre opinion, dire NON !

Si vous sentez des douleurs dans le cou, pensez aux choses agréables, que vous appréciez, vos qualités et ce que vous aimez chez vous et les autres personnes.

Faites une démarche de pardon et lâchez-prise !

Les douleurs dans les dents et les gencives :


Vous n’aimez pas votre situation. Vous remâchez constamment ces aspects négatifs.
Les douleurs dans les gencives sont souvent liées à des résistances, vous serrez les dents, vous vous tenez aux décisions que vous ne prenez pas ou auxquelles vous ne vous tenez pas.

Soyez clair dans vos objectifs, et soyez indifférent au jugement des autres, et foncez !

Les douleurs des épaules :

Vous traînez un fardeau émotionnel, un sac du passé, qui vous appartient ou pas....vous portez le monde sur vos épaules, ou votre famille, ou vos parents...

Focalisez-vous sur les problèmes que vous êtes seul à pouvoir résoudre et n’hésitez pas à déléguer à votre entourage dès que possible.

Les douleurs à l’estomac :  


C'est quelque chose de négatif du passé ou récent, que vous n'acceptez pas, qui vous contrarie, que vous n’avez pas digéré.

Le sentiment de ne pas être respecté provoque une sensation de trou dans l’estomac, ou un noeud dans le plexus solaire.



Les douleurs du haut du dos :


Manque de soutien affectif. Mais aussi que VOUS vous ne vous soutenez pas, vous vous laissez exploiter, vous laissez les autres profiter de vous pour être aimé.


Les douleurs au sacrum et au coccyx :

manque de sécurité, peur de manquer d'argent, instabilité.
Vous laissez traîner un problème qui doit être résolu.

Les douleurs lombaires :

Peur de manquer, peur du changement. La lombalgie peut signifier que vous vous souciez trop de l’argent ou que vous êtes en manque d’affection. Ce peut être l’occasion de demander une augmentation de salaire, ou envisager un conseiller financier pour vous apprendre à mieux gérer votre argent !

Les douleurs des coudes :

Résistance aux changements dans votre vie. Difficultés à embrasser, que ce soit vos proches, une nouvelle carrière, une nouvelle vie. Peur d'être pris dans les bras, peur de vous laisser aimer.
Si vos bras sont raides, cela peut signifier que vous êtes trop raide dans votre rapport aux choses. Accordez-vous du plaisir, profitez de la vie !
Laissez-vous aller !

Les douleurs des mains :

Les mains symbolisent le lien aux autres, le fait de se connecter. Si vous ressentez une douleur à la main, cela peut signifier que vous ne tendez pas assez la main aux autres. Essayez de vous faire de nouveaux amis, rétablissez la connexion.



Les douleurs des hanches :

Peur d'avancer, d'aller de l'avant. Résistance aux changements. 
Difficultés et peur de prendre des décisions. Choisir une option c'est en perdre une autre !
Il est temps de choisir !

Les douleurs articulaires : 

Les articulations représentent la flexibilité. 
Soyez réceptif à de nouvelles façons de penser, aux nouvelles opportunités, faites de nouvelles expériences de la vie.

Les douleurs des genoux :


Difficultés à céder, à obéir, à vous soumettre, problèmes avec l'autorité.
Problèmes pour accepter les choses telles qu’elles sont.
Tensions nerveuses intérieures souvent au sujet des amis ou des collègues.
Ne laissez pas votre ego dominer votre vie.
Faire du bénévolat peut s’avérer bénéfique. Le genou, qui peut s’entendre « je-nous », symbolise notre relation à l’autre, soumise, agressive ou équilibrée.

Les douleurs de chevilles :

Vous avez de la peine à faire ce qui vous fait plaisir, vous ne vous en donnez pas le droit. Mais de quoi vous punissez-vous ?
Soyez plus bienveillants envers vous-même. Pimentez votre vie amoureuse.



Les douleurs des pieds :
Difficulté à faire un pas, à avancer, déprime, dépression.
Trop de négativité peut se manifester sous vos pieds.
Appréciez les petits plaisirs de la vie. trouvez-vous un nouveau loisir, une nouvelle passion.
Cherchez la joie partout où vous pouvez. Changez votre perception de tout ce qui vous entoure, comme si vous regardez tout d'un oeil neuf !

La prochaine fois que vous ressentirez une douleur physique, essayez de regarder à l’intérieur de vous-même et soyez attentif à vos pensées, à ce qui vous retient dans le passé, et aux émotions qui vous perturbent.
La douleur agit comme un message de votre corps, les mots des maux.
Article écrit par Josette Sauthier

VOULEZ-VOUS CONNAITRE D'AUTRES CAUSES EMOTIONNELLES DES MALADIES ?
C'EST ICI DANS CETTE CATEGORIE




Nirvana-Santé http://nirvana-sante.blogspot.com

Les émotions négatives causent des maladies



La maladie n'est souvent qu'une accumulation de noeuds : 

rancoeurs, haines, jalousies, médiocrités, 

petitesses, envies, frustrations....

Niveler tout cela par la sérénité, l'oubli, 

c'est laisser la vie à nouveau irriguer tout notre être.  

Il y a aussi LE PARDON, 

force prodigieuse qui dénoue.

"Tout m'est donné et je donne tout." 

Voilà le grand mouvement dans lequel il faut s'incorporer 

pour ne plus être malade.

La sclérose naît de la stagnation 

de notre pouvoir d'aimer.

Colette d'Hollosy

Nirvana-Santé http://nirvana-sante.blogspot.com

Emotions de la sclérose en plaques


Quelles peuvent être les causes émotionnelles de la sclérose en plaques ?

Cette maladie semble être une protection contre la souffrance que peut provoquer une certaine situation ou par rapport à une certaine personne

La personne atteinte de sclérose en plaques perd toute sa souplesse et ne parvient plus à s'adapter à une personne ou à une situation.
C'est comme si quelqu'un jouait avec ses nerfs et une révolte intérieure s'installe contre cette personne.
Ayant dépassé ses limites, elle s'abandonne complètement et ne sait plus de quel côté aller.

Comment Jacques Martel parle de la sclérose en plaques :

"C'est comme si mon corps était piégé, placé dans une cage et de plus en plus limité dans l'enchaînement de ses mouvements. 

Si je suis atteint de sclérose en plaques, je suis généralement affecté par de grandes souffrances me faisant voir la vie avec découragement.

Quelque chose ou quelqu'un me paralyse, je me sens coincé.

J'accepte difficilement les contraintes, spécialement celles qui me proviennent de ma famille.

Je deviens très dur avec mes pensées et je me coupe de mes émotions. 

J'ai de la difficulté à me pardonner et à pardonner aux autres. 
Je peux m'en vouloir d'avoir laissé filer une opportunité.



Je me sens obligé(e) de tout faire moi-même car je suis très perfectionniste et même intransigeant, je refuse de me tromper et j'accepte difficilement de l'aide. La pensée de l'échec me terrorise.

Je crains d'être laissé pour compte, d'être plaqué là. J'ai très peur de l'abandon.

Je peux aussi avoir peur de tomber, autant au sens propre qu'au sens figuré, et craindre que cette chute entraîne la mort. Toutes ces peurs impliquent un déplacement vertical et qui peuvent m'amener à croire que ma vie est en danger peuvent déclencher la sclérose en plaques.

Ce peuvent être la chute d'une échelle, le risque de tomber dans un précipice, la perte abrupte d'altitude dans un avion, quelque chose qui me tombe sur la tête, etc...

D'une façon symbolique, "tomber en amour" ou "tomber enceinte" devient dangereux pour moi.

La chute peut dont être physique, morale ou symbolique. Je trouve toutes ces situations bouleversantes, renversantes et je suis sidéré.

J'ai peur de tomber de très haut ou "que la mort me tombe dessus."
Je peux aussi me sentir dégradé par quelqu'un d'autre ou j'ai peur de perdre mes grades, une position privilégiée par exemple dans mon travail.

J'ai l'impression de ne plus avoir aucun avenir. J'ai peur du lendemain. Quel que soit mon âge, on ne m'autorise pas à avoir des projet, à grandir, à donner mon avis.

Très souvent, je me juge ou je peux juger les autres très sévèrement, ce qui entraîne un grand sentiment de dépréciation, de dévalorisation et de diminution de ma personne.

Lorsque je me sens diminué, rabaissé, j'ai l'impression que la vie m'écrase et j'ai tendance à ramper au lieu de me tenir droit,
Je peux même m'arrêter, m'immobiliser n'ayant plus la force d'avancer, de me mouvoir.



Ainsi, c'est d'abord par mes jambes que la maladie manifeste ses premiers signes et que je peux avoir l'impression d'être écrasé. Être de moins en moins capable de marcher, de me déplacer, de bouger, peut me donner l'impression que je suis plus en sécurité ainsi.

Le fait de ne plus pouvoir avancer peut m'empêcher de faire face à une situation que je veux éviter à tout prix.

Je prends sur mes épaules de réaliser les désirs de ma mère ou de mon père: je deviens "leurs bras et leurs jambes". Je me sens obligé de répondre à leurs attentes. Mais je me rends vite compte que je suis impuissant à jouer ce rôle. J'arrive même à me sentir indigne d'eux.

Alors pour me défendre, je m'oblige à tout contrôler, et à vouloir que tout se passe comme je le veux.

La critique, qui est souvent dirigée vers moi-même, emprisonne ma vie. Je crois que la souffrance fait partie de mon lot de tous les jours et que je ne mérite pas le repos.

Mes efforts pour me dépasser sont constants et, malgré tout, toujours insuffisants.

Mon corps fatigué refuse ainsi de poursuivre cette lutte du plus fort et veut me faire comprendre que je peux aussi avoir besoin des autres et que j'ai à apprendre à faire confiance.

Je résiste au bonheur, je me renie, me dévalorise.

Le fait qu'on m'ait déjà dénigré et abaissé me fait croire que je ne vaux pas grand chose.

Je suis comme un arbre qui plie. Je me sens anéanti.

Je me détruis tellement avec ma pensée que c'est maintenant la maladie qui me détruit.

L'inflammation implique une rage brûlante et très émotionnelle, pouvant affecter toute mon existence. Je peux me questionner : "Est-ce que je souhaite vraiment être libre?"

Je peux inconsciemment, de cette façon, me venger de quelqu'un qui gravite dans mon univers et qui ne m'a pas manifesté assez d'amour!

Cette forme de cage, dans laquelle mon corps se retrouve, me protège peut-être de devoir admettre mes vraies émotions !


En me taisant ainsi, je me sens dans l'obligation d'emprunter certaines routes pour faire plaisir aux autres au lieu d'avancer dans la direction que je veux prendre.

Au lieu d'être dans le mouvement et le changement, je suis dans la stagnation, l'inertie.

Puisque je ne veux plus rien sentir, mes nerfs sensitifs sont atteints. La répression émotionnelle peut me conduire à une incapacité d'aller de l'avant dans mes émotions, entraînant ainsi une confusion musculaire et mentale.

Lorsque je suis atteint de sclérose en plaques, je deviens dépendant des autres. Je deviens comme un enfant qui a besoin de quelqu'un pour s'occuper de ses besoins de base. Je dois m'accrocher aux autres, m'agripper pour ne pas tomber, autant physiquement qu'émotionnellement.

Je dois me demander si mes responsabilités en tant qu'adulte sont trop lourdes à porter.

Je préfère peut-être retourner dans un état de dépendance au lieu de toujours avoir à faire les efforts pour acquérir ou garder ce que je possède.

J'étais tellement bien quand ma mère veillait sur moi... Je la trouvais admirable. Mais je ne verrai plus jamais la douceur de ces yeux... J'ai maintenant l'impression que ma vie est sans cesse agitée, en pleine effervescence.

Mon corps me dit de lâcher prise, de me libérer de mes chaînes. La clé se trouve à l'intérieur de moi.

J'accepte de faire confiance à mon guide intérieur et je reconnais en chacun la présence de ce guide, qui amène chaque personne à agir au mieux de sa connaissance. Je manifeste alors plus de flexibilité et de compréhension."

Ce qu'en dit Lise Bourbeau :

On dit aussi d'une personne sclérosée qu'elle est figée, n'évolue plus. 

Elle désire que quelqu'un la prenne en charge mais elle se force pour ne pas paraître dépendante car elle ne veut pas avouer sa dépendance. 
C'est le genre de personne qui voudrait que tout soit parfait et qui s'en demande beaucoup. 

Elle veut plaire à tout prix. 

Comme elle ne peut y arriver seule à satisfaire cet idéal non réaliste, en devenant handicapée, cette personne se donne une excuse pour ne pas avoir la vie parfaite qu'elle désire. 

Elle a aussi beaucoup de difficulté à accepter que les autres qui en font moins qu'elle, en aient plus qu'elle.

Quel est le blocage mental qui concerne la sclérose en plaques ?

Plus la maladie est grave et plus ton corps t'envoie un message important et urgent. 

Il te dit de laisser sortir ta douceur naturelle et d'arrêter de te durcir, d'être trop sévère envers toi-même et d'avoir des pensées dures envers les autres. 

Donne-toi le droit d'être dépendant au niveau affectif avant de le devenir complètement avec ta maladie.

Lâche prise, tu n'as plus besoin de t'en demander autant. 

Je te suggère de regarder l'idéal de personne que tu essaies d'atteindre et de réaliser que cet idéal est au-delà de tes limites. 

Tu n'as rien à prouver à qui que ce soit. 

Tu n'as plus à entretenir cette grande peur de déplaire qui t'empêche d'être toi-même. 

De plus, cette attitude t'empêche d'évoluer comme ton coeur le désire.

Il se peut fort bien que tu aies tellement été déçu de ta maman si tu es une femme, ou de ton papa si tu es un homme, que tu fais tout maintenant pour ne pas être comme lui ou elle, ce qui a pour effet de trop t'en demander.



L'acceptation et le pardon (surtout envers toi-même pour avoir tant jugé ce parent) peuvent avoir un effet considérablement bénéfique pour ta guérison.

Quelle programmation mentale mettre en place pour modifier ces croyances qui nous font du mal ?

"J'accepte de donner un sens à ma vie. 
Je reprends la maîtrise de ma vie en assument pleinement mes sentiments. 
L'approbation des autres n'est plus nécessaire .

J'accueille les sentiments qui m'habitent car ce sont LES MIENS, ils font partie de moi. 
Je laisse derrière moi les commentaires négatifs qu'on a pu avoir à mon sujet, autant de ma famille que de tout mon entourage. Leur opinion les concerne eux, elle ne dit pas qui je suis, ça LEUR appartient, je me visualise en train de leur retourner leurs propos, je m'en libère.

Je me donne plus de douceur. Je suis le flot de la vie et de ces douceurs, ce qui me permet d'évoluer harmonieusement. 
Je laisse tomber les masques que j'avais mis en place pour plaire aux autres, mais qui n'étaient pas MOI pour laisser transparaître ma lumière intérieure. 
Ma paix intérieure grandit chaque jour."

Josette Sauthier
Nirvana-Santé http://nirvana-sante.blogspot.com

Causes émotionnelles des problèmes utérus/ovaires





Dans la série d'articles "TOUT CE QUI NE S EXPRIME PAS S' IMPRIME" voici les causes émotionnelles possibles de plusieurs "maux féminins".

Il est bien clair que ça n'explique pas toujours tout, et qu'il ne faut pas généraliser, mais c'est juste pour soulever une question, une possibilité éventuelle qu'il y a quelque chose de non réglé derrière ces troubles.

FIBROMES et problèmes utérins :

Le fibrome peut témoigner d'un chagrin rentré ou des regrets entretenus concernant UN ENFANT.

Soit un problème non résolu avec son enfant, un désir d'enfant non réalisé, ou la perte d'un enfant, pas seulement par un dècès, mais quand il part de la maison ou quand on ne le voit plus suite à un conflit ou un déménagement.

Ca peut être aussi un désir d'enfant non réalisé, un désir d'enfanter mais peur de s'engager avec un homme, ou alors le désir de NE PAS avoir d'enfant, qui culpabilise.

L'utérus se rapporte aussi au foyer.

La femme est la gardienne du foyer et peut culpabiliser de ne pas créer un foyer assez bon pour ceux qu'elle aime. Ou parce qu'elle a perdu un membre de sa famille, frère ou soeur.

A la suite d'un divorce, une femme peut développer des fibromes, par culpabilité envers ses enfants, car là il y a les deux côtés de l'utérus : le foyer et les enfants.

Le col de l'utérus est plutôt en rapport avec le conjoint.

Les lésions du col de l'utérus expriment souvent des souffrances affectives ou sexuelles avec son partenaire, quand la femme ne se sent pas aimée ou mal aimée, donc traduit sa difficulté à accepter une relation intime.

Les mycoses intimes, les irritations et inflammations dans cette région peuvent aussi être en rapport avec la manière d'être de son partenaire.

Si la femme a l'impression que l'homme ne montre pas assez son amour ou n'a pas assez d'attention pour elle, si elle aimerait être plus aimée que désirée, elle se sent frustrée et le contact physique de son partenaire devient alors comme "toxique".

La femme peut aussi éprouver de la culpabilité par rapport à la "vie intime de couple", suite à des tabous familiaux ou des gestes déplacés subis, qu'elle s'en souvienne ou non.

Les mycoses et autres irritations donnent une "bonne excuse" à la femme pour dire NON à son partenaire.

Les règles hémorragiques peuvent signifier une perte de joie de vivre en rapport avec le foyer, ou avec la difficulté à enfanter.

Les règles douloureuses ou perturbées ont parfois leur source dans un rejet de la féminité, par peur des hommes, peur d'être soumise ou dominée, ou quand elle voit sa mère souffrir de sa condition de femme.

Ecrit par Josette Sauthier, reproduction interdite :
Cet article est une interprétation personnelle d'après mes expériences professionnelles dans mon cabinet de thérapies, ça n'engage que moi et ce n'est pas à prendre comme une vérité absolue.
Josette Sauthier



D'autres maladies expliquées ici : Causes émotionnelles des maladies, sur ce blog.


Comment lâcher-prise ?



Comment lâcher-prise pour se sentir LIBRES ?

Libres intérieurement ? Voici les 7 clés

de la libération intérieure.

S'EXPRIMER : car ce que l'on réprime s'imprime.

DEDRAMATISER et ACCEPTER : car ce à quoi on résiste persiste.

S'ENRACINER : car ce que l'on fuit nous poursuit.

LACHER-PRISE : car ce qui nous affecte nous infecte. 

SE RESPONSABILISER : car ce à quoi l'on fait face s'efface.

Y CROIRE  : car ce que l'on visualise se matérialise

RAYONNER : car ce que l'on bénit nous ravit.



Nirvana-Santé http://nirvana-sante.blogspot.com

Relations entre les émotions et les maladies.



 Votre corps vous parle,

par ses maux, il exprime ses mots.

"Tout ce qui ne s'exprime pas s'imprime"

Sachez décrypter ce que votre corps veut vous dire.

suivant l'endroit où vos douleurs se cristallisent.

Je travaille depuis 17 ans sur cette technique

avec de merveilleux résultats,

qui me confirment vraiment que les émotions non exprimées 

forment des noyaux, des kystes émotionnels qui 

sont capables de se dissoudre en une seule séance

dès que le problème a été compris, et mis en lumière.

Il faut parfois faire un pardon, un lâcher-prise ou une prise de conscience

ce que je fais en séance, j'accompagne la personne dans son cheminement.

Mettre le doigt sur le problème, c'est une chose

mais ensuite, il faut savoir que faire avec ce problème

et c'est pour cela qu'un thérapeute expérimenté et formé à cette technique 

est une aide précieuse.

Josette Sauthier


Nirvana-Santé http://nirvana-sante.blogspot.com

Mon mal de tête me dit....


Cause émotionnelle possible des MAUX DE TÊTE 

Le "mal a dit"....que cherche à vous dire votre tête lorsqu'elle vous fait mal ?

Il y a d'abord les causes physiques : mauvaise digestion, tensions cervicales, migraines cataméniales (de cause hormonale lors des règles ou de la semaine de pause-pilule), la migraine liée à la vésicule et au foie suite à une mauvaise digestion des graisses ou de l'alcool) les maux de tête dus aux variations atmosphériques, au vent, mais il y a aussi les maux de tête à causes émotionnelles. Voici quelques pistes pour vous aider à trouver quelles émotions peuvent causer vos maux de tête :

La tête, c'est l'organe du "contrôle", tant par le cerveau que par le mental. Si vous êtes trop dans le "contrôle", quand le mental fait opposition au coeur, au ressenti, quand vous analysez ou réfléchissez trop, ça y est, c'est la PRISE DE TETE !

C'est par la tête que toutes les émotions sont décryptées. Elles naissent dans notre instinct, puis sont analysées par la tête ensuite, ce qui enlève toute spontanéité.

Les maux de tête peuvent avoir leur origine dans différentes parties du corps.


Il y a plusieurs causes de maux de tête. Prise de tête, se prendre la tête, ressasser, ruminer...

Le stress et la tension, quand je me force à jouer un rôle pour correspondre à ce qu'on attend de moi.
Ou que je fais les choses de façon à plaire ou à être acceptée, appréciée.

Le mal de tête apparait souvent quand je donne la priorité au mental pour accomplir quelque chose.
Ou parce que je réagis à des fortes pressions exercées par des situations ou des événements qui m'entourent.
Je veux peut-être trop comprendre, analyser, me mettre à la place des autres, chercher à savoir ce qu'ils vont penser, comment ils vont peut-être réagir, je veux aller trop vite, je veux anticiper, savoir  trop vite ou avoir immédiatement réponse à mes questions. Aller plus vite que la musique, comme on dit !
Un mal de tête comme "la barre au front" se rapporte davantage à une situation professionnelle ou liée à mon rôle social.
Si mon mal me serre un côté de la tête ou sur une tempe, ce sont plutôt des émotions liées à un problème familial ou conjugal.


Si mon mal de tête est localisé sur la nuque, c'est que je dois être plus flexible, je suis trop rigide, et perfectionniste, voire, dirigiste.
J'ai peut-être de la difficulté avec le changement, les nouvelles idées.

Les migraines sont souvent associées à des troubles de la vision et de la digestion.
Je ne veux plus voir et je ne veux plus digérer ce qui se passe dans ma vie.

Ce sont des angoisses, de la frustration face à une situation où je suis incapable de prendre une décision.

Je peux avoir le sentiment de quelque chose qui doit être accompli ou qui m'est demandé.

La migraine expose ma résistance reliée à mon incapacité d'accomplir ce qui m'est demandé.

Ma tête surchauffe et me fait mal juste à l'idée de du but à atteindre qui me semble inaccessible.

Je dois comprendre que, lorsque j'ai une migraine, j'ai une prise de conscience à faire, j'ai des choses à changer et je dois être capable de les changer, c'est-à-dire de passer à l'action.

Rédigé par Josette Sauthier sur la base de recherches personnelles et expériences professionnelles.Reproduction interdite

Nirvana-Santé http://nirvana-sante.blogspot.com

Quand manger remplace aimer


Quel que soit le problème,
la solution n'est pas
dans le frigo.

Manger pour combler un vide
ne vous fera pas vous sentir mieux.

Manger ne calme pas
les frustrations ni les contrariétés.
Peut-être sur le moment
mais ensuite, quelle culpabilité !


Nirvana-Santé http://nirvana-sante.blogspot.com

Emotions liées aux douleurs d'estomac



Vous avez souvent mal à l'estomac, vous ne comprenez pas pourquoi ! et si c'était émotionnel ? L'estomac "digère" (ou pas), que ce soit vos aliments ou vous soucis, vos émotions, vos préoccupations. Dites-vous ou pensez-vous souvent "ça, je ne l'ai pas digéré !"
Décodons en détail les causes émotionnelles possibles de vos douleurs et maux d'estomac et voir comment résoudre vos conflits émotionnels :

Au niveau purement physique, l'estomac est un organe important de la digestion. Il est situé entre l'œsophage, relié à votre bouche, et l'intestin grêle, qui "assimile" et "trie" ce qui sera utilisé et ce qui sera éliminé.
Grâce aux sucs gastriques qu'il sécrète, l'estomac transforme les aliments en liquide.
Les problèmes d'estomac les plus courants sont les ulcères, les gastrites (brûlures, aigreurs), les hémorragies gastriques, les cancers et les problèmes digestifs, (renvois, vomissements, indigestion, etc.)

Au niveau émotionnel, l'estomac représente les FRUSTRATIONS, les désirs réprimés, non avoués.

Tous les problèmes d'estomac ont un lien direct avec la difficulté d'accepter ou de bien digérer une personne ou un événement.
Le fait d'en souffrir indique une ou plusieurs des attitudes suivantes :

Tu vis de l'intolérance et de la peur face à ce qui n'est pas à ton goût.
Tu résistes aux idées nouvelles, surtout celles qui ne viennent pas de toi.
Tu as de la difficulté à t'ajuster à quelqu'un ou quelque chose qui vient contredire tes plans, tes habitudes ou ta façon de vivre.
Tu laisses trop souvent ton « critiqueur intérieur » t'influencer, ce qui t'empêche de lâcher prise et de laisser parler ton cœur qui, lui, ne veut qu'accepter inconditionnellement.
Il se peut que tu sois du genre à t'accuser de manquer d'estomac, c'est-à-dire de manquer d'audace.

Les problèmes d'estomac peuvent venir aussi de croyances mentales erronées, de peurs et d'angoisses...l'angoisse est ressentie au niveau de l'estomac, plus rien ne passe, la boule à l'estomac, vous connaissez ?
Posez-vous les bonnes questions :

"Qu'arriverait-il si tu arrêtais de résister aux idées des autres? Crois-tu que tu passerais pour un vulnérable, un faible? Au lieu de croire que tu es impuissant parce que tu ne peux pas changer les autres ou une situation, deviens conscient de ta propre puissance pour créer ta vie.

Tu n'as pas besoin de dire à ton corps comment être un corps et comment faire son travail de digestion. Il en est ainsi pour ton entourage. Tout un chacun a une façon différente de voir la vie. Ce n'est pas pour rien que l'estomac est placé dans la région du cœur. Nous devons tous accepter avec amour, c'est-à-dire accepter la différence de tout un chacun. Les pensées du genre « c'est injuste » ou « pas correct » ou « idiot », etc. que tu alimentes ne sont plus bénéfiques pour toi. Elles bloquent ton évolution comme ton estomac bloque la digestion de ta nourriture. En devenant plus tolérant face aux autres, tu deviendras plus tolérant face aux aliments que tu absorbes.

Ton estomac t'envoie le message d'arrêter de vouloir tout contrôler. Tu as besoin de faire davantage confiance aux autres, tout comme tu dois faire confiance en la capacité de ton estomac de digérer tes aliments."

Comment faire pour corriger cette tendance ?

Il faut commencer par T'AIMER, et par accepter tes peurs du moment.
Prends le temps de trouver ce dont tu as PEUR POUR TOI dans cette situation.

Rappelle-toi que tout est temporaire. Accueille tes limites actuelles et respecte-les. Donne-toi le temps d'apprendre ce qui est nouveau et de digérer le passé.
Sois davantage conscient de ta propre valeur.
Accueille tes peurs et tes limites et donne-toi le droit de les éprouver.
Ensuite, tu pourras te diriger vers ce que tu veux vraiment.
Cette partie en toi qui a peur est convaincue de te protéger.
Si tu te sens capable d'assumer les conséquences de vivre selon les besoins de ton être, rassure-la comme tu le ferais avec un petit enfant.


Nirvana-Santé http://nirvana-sante.blogspot.com

Les maux sont les mots du corps.


Tout ce que vous ne dites pas en mots
s'imprime à l'intérieur de vous
alors, votre corps l'exprime par des maux.
Les maux sont les mots du corps,
tout ce qui ne s'exprime pas s'imprime.
Chaque partie du corps correspond à une émotion.
Josette Sauthier
Pour savoir quel message votre corps vous envoie et pour connaître les émotions
qui correspondent à l'endroit de vos douleurs, 
lisez les articles de la catégorie :


Ici sur Nirvana-Santé

Nirvana-Santé http://nirvana-sante.blogspot.com

Que veut dire votre mal de dos ?


Connaissez-vous les correspondances émotionnelles avec vos VERTEBRES ?

Suivant où survient un mal de dos, ou une douleur inexpliquée ou qui persiste, ça a peut-être un rapport avec un conflit que vous n'exprimez pas, ou quelque chose que vous gardez à l'intérieur.

Par exemple, ces douleurs cervicales, la vertèbre C3 est en rapport avec la peur de dire non, la C7, là où il y a cette petite bosse facilement repérable, c'est la peur de ne pas s'en sortir.

Les douleurs entre les omoplates, la peur de perdre, la peur de ne pas être aimé, de l'injustice ou de la jalousie.

Au fond du dos, l'insécurité au niveau de la première vertèbre lombaire L1 (nouveau travail, déménagement, qui font toujours craindre "la suite"...comment ça va se passer ?)

Sans vouloir généraliser ni que ce soit systématique, ce schéma est juste pour vous faire réfléchir, une piste, une porte à ouvrir...

Si vous identifiez le problème émotionnel lié à vos douleurs du dos, essayez de résoudre ce problème, ou, du moins, de le reconnaître et de l'accepter,ou de travailler sur vous pour éliminer ce problème.
La douleur peut très bien disparaître gentiment d'elle-même.

Hélas, ce n'est pas toujours le cas, mais parfois, oui, je l'ai expérimenté sur moi-même et bien souvent, sur mes patients. 

Pour travailler sur vos problèmes, vos difficultés qui vous empêchent d'avancer, comme le pardon, le passé, vos relations avec les autres, vous faire respecter, savoir dire non, aider sans envahir, l'engagement envers l'autre, la confiance en vous, les croyances négatives, etc. j'ai écrit de nombreux articles pour vous aider, sur un autre site.
Vous pouvez vous abonner, c'est gratuit, pour recevoir dans votre boîte mail un à deux articles par semaine.
Au plaisir de compter sur votre fidélité et en soutenant de tout coeur votre cheminement vers le bonheur.

Josette Sauthier  reproduction interdite :
Cet article est une interprétation personnelle d'après mes expériences professionelles dans mon cabinet de thérapies, ça n'engage que moi et ce n'est pas à prendre comme une vérité absolue.
Josette Sauthier


LE NIRVANA Josette Sauthier 
Blog de développement personnel écrit par une thérapeute en relation d'aide pour vous aider à mieux gérer vos émotions et vos relations.



Nirvana-Santé http://nirvana-sante.blogspot.com

Vouloir guérir...



Qui veut guérir
est déjà à moitié guéri !

Proverbe français.



Nirvana-Santé http://nirvana-sante.blogspot.com

Pourquoi j'ai mal au dos ?


Tout ce qui ne s'exprime pas s'imprime.
De quoi ou de qui en avez-vous plein le dos ?

Découvrez l'origine émotionnelle possible de vos problèmes de dos
ici sur Nirvana-Santé :


Nirvana-Santé http://nirvana-sante.blogspot.com

Citation sur la rancune


La rancune est une maladie qui ne pardonne pas !
Garder de la rancune en soi peut créer des maladies dans la zone de la vésicule biliaire,
tout ce qui ne s'exprime pas s'imprime !
Si vous ne pouvez pas parler de ce qui vous a fait souffrir,
écrivez tout votre ressenti sur une feuille, laissez sortir par votre bras
le trop-plein de votre coeur, puis déchirez la feuille et jetez-là dans les toilettes
ou brûlez-là.
Vous vous sentirez soulagé.

Josette Sauthier


Nirvana-Santé http://nirvana-sante.blogspot.com

Phobies drôles et farfelues.



Il existe autant de phobies que d'objets dans le monde ! Certaines sont très répandues, et d'autres totalement farfelues.

Suite des deux précédents articles : ETES-VOUS PHOBIQUES SANS LE SAVOIR ? première partie et PHOBIES courantes et farfelues deuxième partie)

Voici le nom de quelques phobies, courantes, connues. très rares ou farfelues :

Marmékophobie : Peur des fourmis
Maskaphobie : Peur des masques
Musicophobie : Peur de la musique
Musophobie : Peur des souris ou rats.
Myrmécophobie : Peur des fourmis.
Mycophobie : Peur des champignons.
Mysophobie : Peur de la saleté, de la contamination par les microbes.



Nanophobie : Peur des nains
Nanopabulophobie : Phobie des nains de jardin à brouette
Nécrophobie : Peur des cadavres
Nomophobie : Peur d'être séparé de son téléphone portable
Nosophobie : Peur de la maladie, d'être malade
Nyctophobie : Peur du noir.


Ochlophobie : Peur de la foule.
Ophiophobie : Peur des serpents.
Ornithophobie : Peur des oiseaux.

Pantophobie : Peur de tout
Paternatalophobie : Peur des Pères Noël
Phasmophobie : Peur des fantômes.
Phobophobie : Peur d'avoir peur (d'être surpris).
Pédiophobie : Peur des poupées
Psychopathophobie : Peur de devenir fou.
Pyrophobie : Peur du feu


Scopophobie : Peur du regard des autres.
Sidérodromophobie : Peur de voyager en train.
Squalophobie : Peur des requins.
Stasophobie : Peur de devoir rester debout

 

Taphophobie : Peur des tombes ou d'être enterré vivant.
Téléphonophobie : Peur de répondre au téléphone.
Tératophobie : Peur des monstres.
Thalassophobie : Peur de la mer.
Thanatophobie : Peur de la mort.
Théophobie : Peur de Dieu.
Tokophobie : Peur d'accoucher.
Trombinophobie : Peur des trombones, je ne sais pas s'il s'agit du trombone à coulisse, instrument de musique, ou des trombones de bureau, pour maintenir des feuilles ensemble.

Zoophobie : Peur générale des animaux




OPTION BONHEUR Josette Sauthier http://option-bonheur.blogspot.com

Nirvana-Santé http://nirvana-sante.blogspot.com