Rechercher dans ce blog

lundi 17 septembre 2012

Comment bien parler à un malentendant.


Comment parler à un malentendant pour bien se faire comprendre et pour l'aider à communiquer ?

Si on plaint l'aveugle, on se moque du sourd, et une personne  malentendante hésitera peut-être à vous redemander ce que vous avez dit, de peur de vous énerver, ou d'essuyer des moqueries.

Pour bien vous faire comprendre d'une personne "dure d'oreilles", voici quelques conseils.

- tout d'abord, placez-vous toujours en face de lui afin qu'il voie votre bouche. Souvent, les malentendants lisent sur les lèvres. Si vous parlez dans son dos ou depuis une autre pièce, il ne saura peut-être même pas que vous lui parlez !

- avant de commencer à lui parler, attirez son attention. Par une petite tape sur le bras, ou en l'appelant par son prénom. Le malentendant, pour vous écouter, doit se "brancher" sur vous et faire un effort d'écoute, ce n'est pas inné, car s'il entend votre voix, ce n'est qu'un brouhaha qui n'a aucun sens, ou alors il entend juste quelques mots (ceux qui comportent beaucoup de consonnes) et les phrases hachées.

- ne parlez pas trop vite et articulez bien, mais sans trop en faire non plus. Vous ne parlez pas à un débile mental, beaucoup confondent la malentendance avec un manque d'intelligence, ce qui n'est pas du tout le cas : ne pas ENTENDRE est très différent de ne pas COMPRENDRE.

- lorsque vous lui parlez au téléphone, détachez bien les mots. Le malentendant est souvent très intuitif et il pourra combler "les vides" si un ou l'autre mot lui échappe.

- les phrases courtes, les mots à une syllabe, les noms propres, sont plus difficiles à comprendre et certains mots, ou certaines syllabes sont vite confondues : cadeau, radeau, par exemple, c'est le reste de la phrase qui aidera le malentendant à comprendre ce que vous voulez dire, même s'il n'a pas compris ce mot-là, il arrive à reconstituer la phrase, par déduction.

Imaginez que cette "gymnastique" est monnaie courante pour un malentendant, et quasi constante, alors comprenez que parfois, il "n'écoute pas" ou soit fatigué. L'effort d'écouter peut aussi générer des douleurs cervicales et la nuque raide : les oreilles sont "tendues" pour entendre. Surtout chez les étudiants.

-pour lui parler, ne vous placez pas à contre-jour ou dans l'obscurité, toujours pour faciliter la lecture labiale. Les lumières tamisées, lueur des bougies,trajet en voiture la nuit, tout cela nuit à la compréhension.

- ne riez pas de lui s'il comprend de travers. Oui, ça peut être drôle, mais le malentendant a de la peine à faire la différence entre "on rit de lui" et "on rit de ce qu'il a dit." C'est blessant. Expliquez-lui ce qu'il n'a pas compris, il vous en sera reconnaissant. Peut-être même rira-t-il avec vous ensuite !

- l'origine des bruits est difficile à localiser. Surtout avec des appareils auditifs. Dans un bureau open space avec plusieurs téléphones, le malentendant entendra la sonnerie, mais ne saura pas quel appareil sonne. Là encore, pas de moqueries, c'est blessant.

- en société, le malentendant est plus à l'aise dans un petit groupe, il pourra suivre les conversations plus facilement. Chaque fois que quelqu'un d'autre parle, il doit porter son attention sur la personne. Lorsqu'une discussion est animée, c'est comme un match de tennis, quand vous suivez la balle...et parfois (souvent) le malentendant perd le fil de la discussion et abandonne, il se sent isolé, perdu.
Ou alors il coupe la parole parce qu'il n'a pas entendu que quelqu'un parlait, ou intervient avec un temps de retard, alors que la conversation a déjà changé de sujet....

Malheureusement certains fuient la vie sociale à cause de cela ou restent isolés au sein d'un groupe. Non, ça ne veut pas dire qu'ils vous snobent ou s'ennuient avec vous !
Un appareil auditif aide beaucoup mais ne remplacera jamais une bonne oreille.

Soyez compréhensif avec un malentendant, c'est un handicap. Mais généralement, le malentendant développe un autre de ses sens, et aussi de l'intuition. Juste retour des choses !

Je le sais, je suis malentendante de naissance ! Pour ma part, j'ai développé le toucher, l'intuition et l'écoute. Et oui, quel paradoxe ! et j'en ai fait mon métier le jour où j'ai accepté de me reconnaître comme malentendante.

J'espère que ces quelques conseils aideront les malentendants et leur entourage à mieux communiquer entre eux, car le contact humain est le plus important au monde !
 

Ecrit par Josette Sauthier, travail autobiographique, copie interdite.


2 commentaires:

  1. Bonjour Josette,

    Je suis malentendant et je travaille dans un OPEN SPACE de 12 personnes , et tout ce que vous dites est très juste, et je subis tout cela en permanence, l'enfer quoi! mais je ronge mon frein en attendant ma retraite qui sera une libération pour moi! bien à vous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je compatis, cher lecteur, j'ai connu ça aussi ! Avant de changer de métier. Je vous souhaite courage en attendant la retraite, et n'oubliez pas que si vous avez quelque chose en moins (l'ouïe), vous avez, par compensation, quelque chose en plus, que les autres n'ont pas...A vous de trouver quoi. (La sensibilité, l'intuition, l'empathie, le toucher, le goût ou un autre don...)
      Amicales salutations et merci pour votre touchant commentaire.
      Josette

      Supprimer